Trois ans pendant lesquels j'ai :

  • rencontré des gens formidables, sympathiques, brillants, gentils, drôles, enthousiastes, charmants, intéressants, et aussi quelques phénomènes (enfin, un, mais gratiné) ;
  • perfectionné mon anglais et adopté un accent et un vocabulaire américains (sauf pour dire "washing machine"[1], que je continue de prononcer à l'anglaise ce qui fait beaucoup rire mes amis, auxquels il en faut peu, et "knackered"[2], qui est un mot bien trop utile pour s'en passer juste sous prétexte qu'il est incompris ici ; j'ai même fini par utiliser "pants"[3] à bon escient) ;
  • publié un article dans une revue de qualité, ainsi qu'un chapitre de livre, mis en route deux ou trois autres futures publications, tissé des relations avec un bon nombre d'autres groupes, et participé à mettre en place une chouette atmosphère de travail dans mon labo ;
  • appris deux-trois trucs, aussi, au passage, l'air de rien, pouf ;
  • dirigé des TD, corrigé des copies, répondu à des tas de questions d'élèves ;
  • visité Los Angeles, San Diego, quelques déserts dont la Vallée de la Mort, Orlando en coup de vent, Las Vegas, New York, le conté de Bucks et San Francisco ;
  • pesté, beaucoup, très très ;
  • découvert la culture américaine, survécu dans une ville sans rues, assisté à des matchs de baseball, fêté Thanksgiving, Independance Day et le Super Bowl, acheté (et usé) quelques paires de Converse, admiré les beaux camions, appris à apprécier les œufs au petit déjeuner (mais pas tous les jours non plus), fait des tartes au potiron, bu des litres et des litres de jus de canneberge, acheté des cartes de vœux pré-inscrites, bu mon eau avec une paille, et plein d'autres américaneries ;
  • blogué, lu, écrit, ri, pleuré aussi, pris des photos, cuisiné, marché, suivi l'actualité française de plus près que jamais, et tapé tapé tapé sur des petites molécules.

Ce week-end, pour fêter ça, je fais des muffins pomme-cannelle.

Notes

[1] lave-linge

[2] lessivé

[3] pantalon aux Zamériques, culotte chez les Brittons