American Rhapsody
F.A.Q. | Contact | Liens | In English

dimanche, avril 26 2015

Opération PDP #3

Ce printemps se plaçant sérieusement sous le signe Science+Music, je suis retournée à la Philharmonie.

Il pleuvait des cordes, habitude qui commence en toute franchise à devenir un peu lassante.

Néanmoins, on fait difficilement plus efficace qu'un concert du New York Philharmonic pour transformer radicalement un dimanche pluvieux d'avril jusqu'alors principalement consacré à monter en toute urgence un dossier de demande de financement de thèse. Même quand on a les orteils qui font floc-floc dans ses chaussettes humides. (Je tiens à préciser à mes généreux mécènes que j'ai recollé fort efficacement mes chaussures, mais que j'ai oublié de les réimpéerméabiliser.)

Au programme, sous la direction d'Alan Gilbert : Petrouchka d'Igor Stravinski ; Jeux de Claude Debussy ; et la suite orchestrale du Mandarin merveilleux de Béla Bartók. Il est possible que j'aie légèrement bavé sur le programme en l'ouvrant.

Lire la suite...

mardi, mars 3 2015

Opération PDP #1

Toi qui me lis, tu n'es certainement pas sans ignorer qu'Internet n'existe pas vraiment, que tout ce qui s'y passe y est virtuel, que la réalité y est alternative et que tout le monde, comme indiqué par un célèbre dessin du New Yorker, y est un chien.

C'est un monde cruel et impitoyable, peuplé majoritairement d'individus psychopathes et de tueurs en série. (Et de chiens, bien sûr.)

Pour preuve, neuf des utilisateurs de cet outil du diable, dont cinq que je n'avais jamais rencontrés en personne (et on se demande comment je suis encore en vie pour parler des quatre autres, qui ne m'ont ni égorgée, ni violée dans une ruelle sombre, ni massacrée à la tronçonneuse), ont comploté ensemble pour m'offrir, en l'honneur de mes trente ans, de quoi aller assister à quelques concerts de la toute nouvelle Philharmonie de Paris. Je te livre immédiatement leurs noms, que leurs chemins soient couverts de pétales de rose : il s'agit, par ordre vaguement alphabétique, de Anita (@tellinestory), Sacrip'Anne (@SacripAnne), Franck (@franckpaul), Gilda (@gilda_f), Gilsoub (@Gilsoub), Kozlika (@Kozlika), Noé (@noecendrier), Otir (@Otir), et (last but not least puis qu'il fut l'instigateur de cette opération ultra-secrète), Pablo (@PabloNSN).

Très touchée par leur attention, j'ai promis à mes joyeux mécènes de leur écrire un billet pour chacun des concerts auxquels j'assisterais grâce à leur générosité.

Lire la suite...

jeudi, novembre 27 2014

Eugénie grisée

Après une longue année d'absence sous de fallacieux prétextes (note au passage un épisode en auditrice fort anonyme pour l'anniversaire de Mme Henriette), Mme Eugénie revient sur les zondes de Je m'ennuie bien, émission radiophonique de qualité avec de la bonne musique de bûcherons en chaussures de sécurité.

Plus merveilleux encore, Mme Eugénie ne revient pas seule et s'associe avec Pétronille du Beulogue pour analyser avec finesse (non) et sobriété (non plus) le best-seller dont vous avez tous entendus parler mais que vous n'avez pas osé ouvrir (et on vous comprend, voire vous envie) : 50 Nuances de Grey.

Les deux premiers épisodes ont déjà été diffusés sur les ondes de RTF Limoges (ces initiales ne signifient pas Radio The Fuck, quoi qu'on puisse en penser à nous entendre) et sont aussi disponible sur le Ternet Mondial ici (épisode 1) et là (épisode 2), mais je n'avais rien dit parce que j'étais sournoisement partie en vacances (la Tunisie fera sans aucun doute l'objet d'autres billets). Ça fait quelques minutes à chaque fois ce qui évite de se lasser (on se lasse si vite des bonnes choses, et à fortiori des sombres bouses écrites avec les pieds).

Un jour, Mme Eugénie apprendra même à parler sans rire en même temps, pour la plus grande joie des 2 auditeurs et demi de RTF, qui comprendront enfin ce qu'elle raconte.

La suite, chaque mardi (on espère) entre 19h et 20h sur RTF Limoges (aussi écoutable dans ton Internet), et éventuellement sur Touittère, grâce au magnifique achetague #RrrRrouuuu.

samedi, mars 22 2014

Retour au bercail

Je retrouve les gestes autrefois familiers.

Acheter un ticket. Vérifier le quai de départ. Composter. Monter dans le train, sortir papier et stylo, ajuster mes écouteurs sur mes oreilles. Dès les cinq premières minutes, je reconnais le trajet jusqu'alors oublié, que je ne peux m'empêcher de comparer à celui du train régional que je prenais souvent en Allemagne.

Lire la suite...

mardi, août 13 2013

Apibeursdé, apibeursdé

Gens.

Aujourd'hui Dotclear a dix ans.

Aujourd'hui ça fait presque huit ans qu'American Rhapsody est né. La première version était hébergée sur blogspirit et est hors-ligne depuis longtemps. La deuxième est sur canalblog (un jour j'en rapatrierai les billets par ici), et déjà en l'ouvrant j'annonçais espérer passer un jour à un beau blog fait de mes petites mimines sous Dotclear. Un an plus tard, je passais à l'acte, grâce à Michael, pardon, Giant Panda qui m'offrait généreusement un coin de son hébergement pour que je puisse y jouer à Dotclear. Depuis plus de cinq ans maintenant, AmRhaps a son propre hébergement et son nom de domaine.

Lire la suite...

dimanche, mai 19 2013

La Quête (Épisode final)

Après Krazy Kitty se met en tête d'essayer de devenir maître de conférences, Krazy Kity saute tout un tas d'épisodes et un Krazy Kitty va vous jouer un petit air à l'alto en cours de rédaction, voilà que je clos déjà la série d'un flamboyant Krazy Kitty ne devient pas maître de conférence.

Lire la suite...

mercredi, février 20 2013

Un petit air de fête

Trois papiers acceptés. Deux papiers retenus pour la deuxième phase d'évaluation d'une conférence très sélective. Deux papiers bouclés à temps pour une autre conférence. Un papier qui sera envoyé d'ici quelques jours, peut-être. Une amoureuse qui a enfin obtenu l'offre d'emploi tant attendue et peut sereinement traverse le pays pour emménager avec son amoureux. Une superbe offre de post-doc dans Manhattan (désert). Un chouette stage d'été. L'aval nécessaire pour l'encadrement d'un premier thésard. Une invitation à un colloque au Japon.

Entre six personnes, ça faisait un certain nombre de choses à fêter et tout autant d'excellentes raisons de nous retrouver dans notre Kneipe préférée, sur fond de Johnny Cash et Kings of Convenience en boucle.

Alors que nous nous y réunissons le plus souvent pour partager nos frustrations, ce soir les heureuses nouvelles des uns ont fait réfusion sur la bonne humeur des autres et je ne nous ai jamais vus aussi joyeux. Zum Wohl!

Obsolètes à prise rapide, sur une idée de Franck, collectés ici par le même. Le 20 février : réfusion.

dimanche, février 17 2013

Back on the dance floor

Ein zwei drei... five six seven!

Il n'y a pas que moi qui ai des difficultés a réconcilier l'allemand et la salsa : manifestement, le prof aussi. C'est mon premier cours en Germanie. L'ambiance y est bien plus décontractée qu'en Californie, où je trouvais la communauté imbibée d'un machisme repoussant. Je refais connaissance avec les pas de base, sourire aux lèvres. Soirée dansante après le cours : deux bachata, quelques frisques cavaliers qui me font virevolter sur la piste de danse... je crois bien que je reviendrai.

Obsolètes à prise rapide, sur une idée de Franck, collectés ici par le même. Le 17 février : frisque.

dimanche, février 3 2013

Trois petites notes de musique

C'est enfin l'heure. Sur un signe de tête de l'organisatrice, j'interromps le léger bavardage qui résonne dans les coulisses d'un joyeux « Bereit![1] » avant d'ouvrir la porte côté cour et de m'avancer dans le labyrinthe de chaises, pupitres et arrêts de piques. « Viel Spaß![2] » me glisse la chef de pupitre en prenant place à mes côtés.

Instrument contre la poitrine et archet pointant vers le sol, je laisse mon regard errer sur le public. J'évite de faire trop attention aux auditeurs pour épargner mes nerfs... peine perdue, une tâche céladon m'attire l'œil : un ami vêtu d'un pull superbe dans ce coloris me fait coucou de la main.

Enfin, l'orchestre est sur scène. Les lumières sur la salle s'éteignent, et la chef fait son entrée suivie de la pianiste, toute vénusté dans une magnifique robe grise. Nous faisons semblant de nous accorder[3] ; la chef fait le silence, nous adresse un grand sourire et un « pa-paam-paam-paam » silencieux pour nous signifier le tempo, et lève sa baguette.

Les quarante-cinq minutes qui suivent passent en un clin d'œil. La pianiste est grandiose, les bois virtuoses, et les cordes au taquet comme jamais sur la dynamique. Quarante-trois instrumentistes qui respirent ensemble et attaquent la corde simultanément, c'est un mini-miracle dont je n'arrive pas à me lasser.

A l'entracte, quelques fesse-mathieu à l'approche encore tristement scolaire trouvent bien à s'indigner contre le premier violon solo qui nous a fait démarrer une mesure trop tôt après la lettre T dans le dernier mouvement, mais je préfère en taper cinq avec ceux qui arborent un grand sourire d'avoir fait de la musique aussi jolie.

Quatre heures, une symphonie, un psaume et un quelques bières plus tard, les paupières lourdes, je m'extrais à regret d'une conversation animée pour rentrer m'affaler dans mon lit.« Heeeeeey ! Tu pars déjà ? On se voit le vingt pour les coups d'archets ! » m'apostrophe le chef du pupitre des violoncelles dans un allemand à l'accent souabe épaissi verre par verre avant de me serrer dans ses bras.

Et comment !

Obsolètes à prise rapide, sur une idée de Franck, collectés ici par le même. Mots du 1er au 3 février : céladon, fesse-mathieu, vénusté.

Notes

[1] Prêts !

[2] Amuse-toi bien !

[3] L'orchestre s'accorde en coulisse. Ça prend environ dix minutes. Sur scène, on vérifie que l'accord a tenu, mais c'est vraiment pour la forme.

dimanche, janvier 13 2013

Krazy Kitty cuisine : la brioche d'anniversaire

Ingrédients :

  • 4 oranges non traitées
  • 700 g de sucre
  • 500 g de farine
  • 200 ml de lait
  • 150 g de beurre
  • 4 œufs
  • 1 sachet de levure de boulanger (9 g)
  • 1 sachet de gingembre cristallisé
  • eau de fleur d'oranger
  • la version pas du tout définitive d'un article à rendre sous 48 heures

Lire la suite...

- page 2 de 10 -

Je lis

Surtout des polars. À l'occasion, des romans de fantasy loufoque, du théâtre, de la littérature chinoise traduite en italien (j'ai des amis formidables), des vrais livres bien écrits.

J'écoute

of Montreal, Caravan Palace, the Ditty Bops, Dango Reinhardt, the National, Minor Majority, Léo Ferré, Beethoven, Sonny Rollins, Laura Marling, Erlend Øye, Hjaltalin, Sufjan Stevens, Yuri Bashmet. Entre (nombreux) autres.

Je suis

occupée ouh là beaucoup très très, enchantée par Oscar Wilde (One should always be a little improbable), vaguement improbable, toujours aussi liberté, égalité, schtroumph 1er (merci Plantu).

Pensée profonde

"Partir, c'est mourir un peu. Mais mourir, c'est partir beaucoup."
[Alphonse Allais]

Mentions (presque) légales

Blog garanti sans conservateurs.
Déconseillé aux moins de 36 mois.
A manipuler avec précaution.
Attention, chaton méchant.*
 
* Rayer les mentions inutiles.