American Rhapsody
F.A.Q. | Contact | Liens | In English

lundi, décembre 16 2013

Vignettes conférencières (1)

Je reviens de conférence. J'allais dire « tout juste », mais le temps passe vite.

Le cadre était à la fois idyllique (dehors) et infernal (dedans). Je suppose que c'est ce qui arrive quand on organise une conférence dans un complexe d'hôtels-casinos dans un endroit où il est permis de fumer à l'intérieur. J'étais prévenue, ayant déjà subi les mêmes circonstances que l'an dernier, et pourtant cette édition a été assez éprouvante, malgré de la science miaou, des idées à foison, et des gens très chouettes aussi.

Lire la suite...

samedi, mai 25 2013

La Quête (pénultième épisode)

Faisant fi de la chronologie, un petit retour en arrière, donc, sur mes aventures à la recherche d'un poste de maître de conférence. Entre l'épisode où j'ai obtenu un entretien et celui où j'ai accepté un poste de pas maître de conférence du tout.

J'avais donc dix minutes pour raconter ma vie, mon œuvre, mes projets. Support visuel de la présentation à envoyer quelques jours à l'avance (l'audition était un lundi matin, donc forcément). Un exercice d'un genre tout à fait particulier, donc, pour ne pas dire complètement absurde.

Lire la suite...

lundi, avril 15 2013

La Quête (Épisode pas 2 du tout)

Lecteur, il te souvient peut-être que je m'étais mis en tête de tenter de devenir maître de conférence.

Il y a eu plein d'épisodes depuis ce billet-là, dont

  • « Krazy Kitty envoie son dossier quelques heures avant la fermeture de la Poste »,
  • « Krazy Kitty doit envoyer une pièce complémentaire sous 48h le week-end avant Noël »,
  • « Krazy Kitty est French efficiency, Deutsche Qualität »,
  • « Krazy Kitty lit les descriptions de poste la mort dans l'âme »,
  • « Krazy Kitty fait marcher son réseau sans le faire exprès »,
  • « Krazy Kitty envoie des dossiers de candidature depuis la perfide Albion ».

J'espère que je les raconterai un jour.

En attendant, le dernier épisode en date : Krazy Kitty est convoquée à une audition. Le message est arrivé un peu de guingois, avec le mauvais prénom en face de mon nom, mais les choses furent remises d'aplomb et voilà, c'est confirmé. Je passe la semaine prochaine une audition de 15 minutes (dont 10 minutes d'exposé sur ma vie, mon œuvre, mes projets).

Je vous raconterai.

Obsolètes à prise rapide, sur une idée de Franck, collectés ici par le même. Le 15 avril : guingois (que je ne savais pas obsolète menfin).

samedi, septembre 22 2012

La Quête (Épisode 1)

Liseron, liseronne,

J'interromps quelques instants la série des cartes postales grecques (qui de toute façon perdait un peu de son souffle, mais ne t'inquiète pas, je la finirai — avec un peu de chance, avant décembre) pour te parler de ce qui occupe environ 90% de mon temps libre et de mon énergie mentale en ce moment.

Non, je ne veux pas parler du papier qu'on a décidé d'écrire en trois semaines, la première semaine s'étant déroulée de la façon suivante :

  • reformuler le problème d'une façon présentable — je te laisse imaginer ce que je pense du fait que ma formulation à moi ait été jugée peu présentable — ;
  • écouter le mec qui s'y connaît enfiler une suite de termes que j'ai déjà entendus mais dont je ne sais pas grand chose de plus ;
  • s'accorder sur une solution approximative après une journée de maths intenses pour moi et de bataille avec différents logiciels pour le thésard impliqué un peu malgré lui ;
  • réaliser le lendemain que la solution bien qu'approximative est encore beaucoup trop lente ;
  • esquisser sur fond de désaccord entre Chef et moi au sujet de la valeur d'un terme dont les autres se foutent royalement (Chef dit 2 x lambda, je dis (D-2) x lambda) une nouvelle solution très approximative mais calculable dans des temps raisonnables ;
  • réaliser qu'on a une erreur de signe dans la formulation initiale ;
  • hocher la tête d'un air entendu quand le mec qui s'y connaît explique que c'est génial, le problème est maintenant beaucoup plus facile ;
  • fin de la semaine.

Lire la suite...

vendredi, février 3 2012

Aujourd'hui question idiote

« Qu'est-ce que tu en penses ? »

J'en pense que tu ne peux pas être sérieux. J'en pense que j'en suis sur le cul. J'en pense que je ne viens pas de passer sept heures à bosser et cinq de plus à musiquer pour trouver dans ma boîte mail des suggestions aussi ridicules.

J'en pense que tu es la victime d'un mélange particulièrement déplaisant d'arrogance, de paresse, et d'un sens des priorités douteux. J'en pense que tu refuses d'admettre que tu es dépassé. J'en pense que tu essaies de sauver la face en racontant n'importe quoi sur un ton suffisant à des gens dont tu espères qu'il ne le remarqueront pas. En fait, je suis à deux doigts d'en penser que tu n'essaierais pas quelque chose d'aussi indécent si les gens en question n'étaient pas des nanas.

J'en pense que tu as le culot d'essayer d'entraîner tes collaborateurs et, pire, des personnes que tu es supposé encadrer, guider, superviser, dans ta mégalomanie. J'en pense que tu es en train de dresser des barrières impardonnables entre ton groupe et le genre de choses solides qu'il veut faire.

J'en pense aussi que je m'en veux énormément d'avoir laissé la situation atteindre ce stade déplorable.

Et j'en pense, malheureusement, que j'ai tout intérêt à ne pas te le dire de façon si crue si je ne veux pas finir avec dans mes roues le genre de bâtons que tu jettes dans celles de ce type qui ose te « répondre ». Bien que je crève d'envie de te dire tout le mépris que j'ai pour les chefaillons qui abusent de leur autorité. Et malgré tout, tu sais quoi ? J'en pense aussi que tu ne m'as encore jamais vue vraiment en colère. Accroche-toi à ton feutre à tableau, mec.

366 réels à prise rapide via Araignée et Zelda

lundi, janvier 16 2012

Échéance

Y a pas deux semaines que je m'envolais lyriquement sur la Science avec une majuscule, un truc clean, bien léché, minutieusement étudié, avec des beaux rouages bien huilés, graou, quoi.

Deux jour plus tard une des thésardes débarquait dans mon bureau. « On a besoin de ton aide. » Pour boucler un papier à soumettre à une Grande Conf (celle-là même au sujet de laquelle j'avais déjà décrété que si c'était comme ça que ces gens-là faisaient de la science, moi je préférais encore la macramé, merci (non je ne sais toujours pas ce que c'est que le macramé, pourquoi ?)). Neuf jours plus tard. Le jour de la cérémonie de mariage de la nana à l'origine du projet, celle qui a eu une chouette idée et qui a fait marcher les maths et tourner une bonne partie du code. Et qui vit en Chine, sept heures plus tard que nous, derrière le Grand Pare-Feu.

A ce stade, ce que je connais du projet, c'est une vague conversation il y a trois-quatre mois sur l'idée de départ, mon affirmation péremptoire que ça n'allait jamais marcher (ce qui n'est pas encore clairement faux, le problème a légèrement changé depuis), et le fait d'avoir récemment pondu une page sur des thèmes connexes pour un dossier de subvention.

Lire la suite...

jeudi, septembre 9 2010

L'antre de la dissertatrice en herbe

Après avoir passé quelques heures en début de semaine à ranger, trier, empiler, jeter, nettoyer dans mon bureau, j'en ai finalement rendu ce matin les clés ainsi que celles qui me permettaient l'accès au bâtiment en dehors des heures ouvrées. Petit pincement au cœur... mais j'avais auparavant pris quelques photos que voilà.

Lire la suite...

lundi, août 30 2010

Annonce

Date : Mardi 31 août 2010
Heure : 11h (soit 20h heure de Paris)
Lieu : Salle de Conférence en dessous du labo

Jury :
Directeur : Advisor
Membre du Jury 1 (adorable directrice de mon labo de biochimie préféré, où j'ai passé de nombreuses heures au printemps)
Membre du Jury 2 (non moins gentil ponte de mon département, dont je crains la rigueur mais qui m'a écrit aujourd'hui pour me dire j'aime beaucoup ce que vous faites qu'il avait lu ma thèse, qu'elle lui avait fort plu, qu'elle fourmillait d'idées intéressantes et que j'avais fait du bon boulot et qu'il s'attendait à ce que tout se passe bien)

Titre : Apprentissage statistique et fouille de données pour la recherche médicamenteuse

Résumé : Trois paragraphes de verbiage sur comment faire avouer ce qu'elles savent à de petites molécules.

mardi, août 17 2010

Note de service

Juste pour vous faire savoir que ça y est, j'ai rendu mes devoirs. Un beau pdf de 193 pages et 4,7 Mo, et une chierie à imprimer.

Au risque de décevoir ceux qui s'attendaient à ce que ça me rende euphorique : non. C'est maintenant qu'elle est entre les mains des gens qui vont la juger que je me sens le plus nerveuse, quoique je sois surtout épuisée.

Je crois que je vais aller me coucher. Une fois que j'aurai fait les courses que je repousse depuis si longtemps qu'elles ne peuvent vraiment plus attendre, là.

mardi, août 10 2010

Conseils pratiques pour la rédaction d'une thèse

Et voilà que tout d'un coup je dois rendre ma thèse d'ici une semaine.

L'objet est près de son terme ; un beau bébé de 196 pages en comptant les tables des figures et autres pages de dédicace, ce qui fait beaucoup même en prenant en compte le fait que le format imposé (marges, interlignes, taille du texte) a probablement été mis au point par un bibliothécaire presbyte et astigmate et bien décidé à déforester la planète, thèse après thèse.

Les gens de mon labo (enfin, ceux qui trainent dans le coin, et en cette période estivale ils ne sont pas bien nombreux) m'encouragent dans cette dernière ligne droite en me donnant leurs bons conseils, sur la base de « de toute façon Advisor ne la lira pas, ta thèse ».

« Et "I smoke crack rocks", tu as pensé à l'inclure, au moins ? »

« Si un paragraphe t'embête, remplace-le par lorem ipsum, au lieu de te casser la tête. »

« Bien sûr que yadi yada c'est une tournure scientifique »

« Ben finis dimanche soir et viens à la plage avec nous lundi ! »

Je suis pas rendue.

- page 1 de 3

Je lis

Surtout des polars. À l'occasion, des romans de fantasy loufoque, du théâtre, de la littérature chinoise traduite en italien (j'ai des amis formidables), des vrais livres bien écrits.

J'écoute

of Montreal, Caravan Palace, the Ditty Bops, Dango Reinhardt, the National, Minor Majority, Léo Ferré, Beethoven, Sonny Rollins, Laura Marling, Erlend Øye, Hjaltalin, Sufjan Stevens, Yuri Bashmet. Entre (nombreux) autres.

Je suis

occupée ouh là beaucoup très très, enchantée par Oscar Wilde (One should always be a little improbable), vaguement improbable, toujours aussi liberté, égalité, schtroumph 1er (merci Plantu).

Pensée profonde

"Partir, c'est mourir un peu. Mais mourir, c'est partir beaucoup."
[Alphonse Allais]

Mentions (presque) légales

Blog garanti sans conservateurs.
Déconseillé aux moins de 36 mois.
A manipuler avec précaution.
Attention, chaton méchant.*
 
* Rayer les mentions inutiles.