Tous les journaux de France et de Navarre, surtout ceux en ligne (les autres, j'ai pas trop accès, hein, je peux pas garantir) reprennent l'information en Une comme s'il ne se passait rien de plus important.

Ah, pardon, que veux-tu qu'il se passe de plus important ? À part peut-être l'aspect bien graveleux de ces histoires de footballeurs qui vont aux putes eh, oh, et les équipes dans tout ça, ça leur fait du tort, c'est quand même bien des salopes, ces putes, mais si je commence à m'énerver là-dessus on va tout mélanger et on est pas couchés.

Tout d'un coup, je n'ai pas trop compris comment, on nous balance le mari dans l'affaire. Un mari polygame ! Bon, presque, il n'est marié qu'à une seule personne, sa femme, mais il a des maîtresses. Plusieurs ! Même qu'il leur a fait des enfants ! Quel émoi ! Je ne te dis pas que j'approuve. Je te dis juste que, d'une, c'est d'un banal à pleurer, de deux, ça ne me regarde absolument pas. Ça ne regarde, à vrai dire, personne d'autre que le mari, la femme, les maîtresses, et les enfants. (Le mari pourra éventuellement essayer de te faire croire que ça ne regarde que lui, s'il est fort en mauvaise foi.)

Attends, mais si, bien sûr, que ça nous regarde, puisqu'ils fraudent les allocations familiales. Et que même c'est Monsieur Hortefeux, Brice de son prénom, qui nous le dit ! Quelle affaire, mais quelle affaire ! La France de comptoir, en effet, a bien changé depuis que j'en suis partie il y a quelques années : non seulement on s'offusque maintenant de ce que les hommes aient des maîtresses (alors que tsais, avant, fallait bien les comprendre, les pauvres, puis y avait qu'à voir la gueule de leur femme, bon, tu vas me dire, avec le niqab, on sais pas trop, du coup), on ne supporte plus que les gens fraudent les allocs.

C'est pas que je trouve ça bien, de frauder les allocs, au contraire, vu que c'est l'argument favori de la droite pour les supprimer (« y a des gens qui abusent le système ! Supprimons le système ! »). C'est juste que, bon, y a peut-être pas de quoi en faire un plat. Surtout que jusqu'à présent, personne n'a prouvé que fraude il y ait. Que les journaux titrent sur un mec qui aurait peut-être participé à une fraude aux allocations familiales d'amplitude somme toute restreinte, call me crazy (ah ben c'est déjà plus ou moins le cas), mais ça me parait un petit peu excessif. Et je te rappelle que je suis presque de Marseille, autrement dit, l'excès, en général, ça ne me dérange pas plus que ça.

Mais n'allons surtout pas imaginer que ce qui gène, vraiment, dans cette affaire, soit non pas le coup de l'adultère ou celui de la (supposée) fraude aux allocations familiales, mais le fait que le monsieur en question soit arabe, enfin, musulman, bref, islamiste, enfin, un sale bougnoule de terroriste, quoi.

Nan.

Jamais !

Pas de ça chez nous, pays de la tolérance, de l'ouverture, de l'intégration, de la fraternité, et du ministère des sandouiches au jambon.

Et Bri-brice ne se tient plus de joie, il ouvre un large bec, et nous annonce qu'il veut déchoir le sale bougnoule de sa nationalité française. Parce que bon, c'est pas un vrai Français, quoi c'est un Algérien, en vrai, ce type. Il a obtenu la nationalité en épousant la conductrice au niqab il y a quoi, onze ans de cela, ça ne compte pas vraiment, quand on y pense, et puis voilà, y s'est pas tiendu à carreau, hop, qu'il retourne dans son pays !

Je répicatule : on a un type, d'origine algérienne, français parce que marié à une française, certes musulmane et voilée, mais néanmoins, française, ça en arrache la gueule à certains, ça se voit, et le Ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale, du Développement solidaire, et des Sandouiches au jambon l'Intérieur veut lui supprimer ladite nationalité française parce qu'il est soupçonné d'aider ses maîtresses à frauder les allocations familiales.

Et vas-y que la France discute et la France papote et la France s'interroge et les journaux tartinent de la copie et reportent, bien poliment, que « l'opposition reproche au gouvernement d'avoir transformé un fait divers en outil politique », et que oh, c'est délicat, comme sujet, surtout avec le projet de loi sur le voile intégral, et que Fifi renchérit que, oui, dites-donc, ça serait bien de nous pondre une loi, là (aaaaaah, un fait divers une loi, ça faisait longtemps qu'on nous l'avait pas faite, dites-donc, ça commence pas à sentir un peu le réchauffé, vos conneries, là ?) pour pouvoir faciliter la déchéance de nationalité française.

Bullshit. Bullshit, bullshit, bullshit. Non mais pute vierge, je rêve ?

Ça se discute, des choses pareilles ? Bloody Christ on a fucking bike. Soit je n'ai rien compris à l'affaire, soit la solution la plus raisonnable serait d'envoyer une équipe d'hommes en blancs faire avaler ses calmants au Briçounet et de l'envoyer passer quelques mois en « maison de repos ». Parce que quand je disais que j'aimais bien le théâtre de l'absurde, ce n'est pas exactement ce que j'avais en tête.